Centre for the Study of the Legacies of British Slave-ownership launches at University College London – 28 September 2016

Le 28 septembre 2016, l’équipe de REPAIRS participait au lancement de la nouvelle version de la base de données des propriétaires d’esclaves des colonies anglaises des Antilles indemnisés lors de l’abolition de l’esclavage au Centre for the Study of the Legacies of British Slave-ownership à University College London.

Plus d’informations en ligne : https://www.ucl.ac.uk/history/news/2016/sep/centre-study-legacies-british-slave-ownership-launches-ucl-history

Séminaire EHESS 2016-2017 – Esclaves, affranchis et « nouveaux libres » dans l’espace public du monde atlantique : race et citoyenneté. De l’agentivité aux réparations

Programme du séminaire du CIRESC à l’EHESS 2016-2017

Esclaves, affranchis et « nouveaux libres » dans l’espace public du monde atlantique : race et citoyenneté. De l’agentivité aux réparations

Coordination du séminaire:

Myriam Cottias, directrice de recherche au CNRS
Antonio De Almeida Mendes, maître de conférences à l’université de Nantes
Céline Flory, chargée de recherche au CNRS
Jean Hébrard, inspecteur général de l’éducation nationale
Marie-Jeanne Rossignol, professeur à l’Université Paris-Diderot

2e et 4e mercredis du mois de 17 h à 19 h (salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris)

Le séminaire s’articulera cette année autour de la question de la place des esclaves, des affranchis et des « nouveaux libres » dans l’espace public du monde atlantique. À compter de 1783, l’espace atlantique a été traversé par la question de la citoyenneté des affranchis et des anciens esclaves. Par exemple, libérant leurs esclaves lors de la Révolution américaine, certains des États des États-Unis leur avaient accordé une pleine citoyenneté, de même que la seconde République française en 1848. Quel a été le fondement de ces accessions à la citoyenneté (militaire et révolutionnaire) ? Pourquoi et comment a-t-on offert, limité, puis parfois repris, la citoyenneté aux anciens esclaves ? Comment la race et la citoyenneté se sont-elles combinées ? En quoi le républicanisme des révolutionnaires atlantiques était-il universel, en quoi offrait-il des libertés graduelles ?

Plus généralement, il s’agira de voir quelles ont été les modalités d’intervention dans l’espace public des esclaves, des affranchis et des « nouveaux libres » du monde atlantique. Comment envisager l’agentivité des sujets dans un espace de coercition ? Comment analyser les révoltes d’esclaves, de « libres de couleur » ou d’affranchis? Quels sont les modèles de contestations et les revendications exprimées par exemple à partir des sources judiciaires, des récits de planteur ? Les séances s’articuleront autour de ces problématiques en intégrant des débats historiographiques.

Par ailleurs, des séances de lecture de textes sur les indemnités et réparations au titre de l’esclavage atlantique et dans l’Océan Indien se feront en coordination avec les chercheurs du programme de l’ANR REPAIRS.

16 novembre 2016
Miranda Spieler (The American University of Paris)
Liberté, liberté trahie…Faire et défaire des citoyens français, Guyane 1780-1880 (Editions Alma, 2016)

23 novembre 2016
Charlotte de Castelnau L’Estoile (Université Paris Diderot) et Giacomo Ghedini (Université de Bologne – université Paris Diderot)
Eglise, Esclavage et Réparations : les termes d’un débat
A titre exceptionnel, cette séance se déroulera à l’Université Paris Diderot (salle 209-2e étage), bâtiment Olympe de Gouges 13 rue Albert Einstein, Paris

7 décembre 2016
Nicola Frith (Université d’Edinburgh)
Réparation de l’esclavage : au delà des limites de la mémoire

11 janvier 2017
Romain Robinet (EHESS/CERMA)
La notion de race à l’épreuve de la guerre-monde (1937-1947) : regards mexicains

25 janvier 2017
Marie-Pierre Ballarin (IRD-URMIS)
Être citoyen après l’esclavage en Afrique de l’Est : l’exemple kenyan (20e-21e siècles)

8 février 2017
Antonio de Almeida Mendes (Université de Nantes – CRHIA-CIRESC)
Histoires et parcours d’esclaves en Europe du Sud, XVIe-XIXe siècles

22 février 2017
Claudine Raynaud (Université Montpellier 3)
Le Récit de Sojourner Truth (1850) : témoignage de l’esclavage dans l’Etat de New York ? (PURH, 2017)

8 mars 2017
Marie-Jeanne Rossignol (Université Paris Diderot – LARCA-CIRESC)
L’Histoire de la Guinée, d’Anthony Benezet, première traduction du livre qui inspira la campagne britannique contre la traite des esclaves à la fin du XVIIIème siècle

22 mars 2017
Myriam Cottias (CNRS, CRPLC-CIRESC), Antonio de Almeida Mendes (Université de Nantes, CRHIA-CIRESC) et Céline Flory (CNRS/EHESS, CIRESC)
Présentation de l’ouvrage : Esclavages et subjectivités dans l’Atlantique luso-brésilien et français (XVIIe-XXe siècles) » (dir. M. Cottias & H. Mattos, Open éditions books, 2016)

26 avril 2017
Céline Flory (CNRS/EHESS – CIRESC)
« L’engagisme africain » au sein des mémoires familiales aux Antilles françaises

10 mai 2017
Myriam Cottias (CNRS, CRPLC-CIRESC)
Les indemnités à un niveau micro-local aux Antilles, XIXe siècle

24 mai 2017
Michaël Roy (Université Paris-Ouest Nanterre la Défense)
Publier et diffuser les récits d’esclaves américains 1830-1860 : esprit d’entreprise, agentivité, littérarité

Entretien avec Audrey Célestine sur Mediapart « Outre-mer : territoires en sous-France » 2018

Audrey Célestine, historienne et politiste, spécialiste des mobilisations et des constructions identitaires des Antillais, intervient dans l’émission Mediapart Les détricoteuses.

« Scandale du Chlordécone aux Antilles, opposition à l’exploitation d’une mine d’or en Guyane, référendum en Nouvelle Calédonie… Au cœur de l’actualité, l’Outre-mer se présente comme autant de territoires en souffrance et qui se sentent en « sous-France », profondément travaillés au présent par un passé colonial, parfois esclavagiste, qui ne parvient pas à passer. »

 

Journée d’étude – La question de la terre – 23 novembre 2018

La question de la terre est au cœur de la trajectoire suivie par les anciens esclaves dans les sociétés de la Caraïbe au cours de la période post-abolitionniste. Lors de la proclamation de la liberté en 1848, les esclaves demandent le partage des terres. Alors que cette question foncière ressurgit dans le débat public actuel sur les réparations et qu’elle est interprétée comme la marque toujours vive d’une inégalité ancestrale, il est nécessaire d’interroger de manière plus systématique le lien consubstantiel établi continûment depuis l’abolition entre liberté, justice et distribution des terres. Cette interrogation de recherche se situe à l’articulation du passé et du présent.

Colloque Repairs – Droit international et réparations – 26 et 27 avril 2018

Dans le cadre du projet ANR Repairs, Magali Bessone (professeure de philosophie à l’université Paris I) et Annie Fitte-Duval (maîtresse de conférences de droit à l’université de Pau) organisent le mercredi 26 et le jeudi 27 avril prochain le colloque intitulé « Droit international et réparation ». Les journées se tiendront à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, au 105 boulevard Raspail, Salle 8. Programme A4 2volets

Le journal du CNRS : Quelles réparations pour l’esclavage ?

À l’occasion de la journée de commémoration de l’esclavage en France, l’historienne Myriam Cottias revient sur la question des réparations : celles que des associations réclament de nos jours pour les descendants d’esclaves, mais aussi les indemnités accordées aux propriétaires esclavagistes au XIXe siècle, au moment de l’abolition…

https://lejournal.cnrs.fr/articles/quelles-reparations-pour-lesclavage

Présentation du projet REPAIRS

cropped-1.jpg

« Réparation », « compensation », « indemnisation », « dédommagement » sont des termes qui ont accompagné les processus d’abolition de l’esclavage et qui perdurent depuis la fin du XIXe siècle selon des cycles -sémantiques et temporels- qui sont à établir.

Le projet REPAIRS se fixe pour objectifs :

  1. d’analyser les mécanismes de versement de compensations par les Etats aux propriétaires d’esclaves dans les Amériques, l’Océan Indien et certaines colonies d’Afrique comme le Sénégal, en analysant parallèlement la demande d’indemnité faite par la France à l’Etat haïtien en 1825 ;
  2. de faire la généalogie, sur le plan national et international, des demandes de réparations formulées par des groupes, depuis 1945 jusqu’à nos jours, en insistant sur les circulations transnationales des idées et des revendications et sur la place des agences internationales dans un débat qui se pose au niveau global et local (base de données synthétique et études de cas).

Continuer la lecture